En conversation avec

 

Nous avons interviewé Singh & Pop, les artisans travaillant en étroite collaboration avec des étudiants et des femmes à la retraite de la communauté du bidonville de Din Daeng pour créer des accessoires à partir de poches de dialyse recyclées. Nous découvrons leurs histoires de vie et les inspirations qui font avancer le projet.


À PROPOS DE SINGH & POP

QA : Pourriez-vous me parler un peu de vous ?

Singh: Je m'appelle Singh. Je suis un aventurier qui commet et corrige ses erreurs. Professeur d'architecture à plein temps à l'université Kasetsart, j'ai fondé Scraplab, un centre de recherche et de conception sur les déchets géré par le personnel universitaire et les étudiants de l'université. Je suis passionné par les matériaux et le design durables.

Pop: Je m'appelle Pop. J'ai rejoint le projet il y a 11 ans et je suis originaire de Nonthaburi, Thaïlande. Je suis une personne paresseuse qui aime optimiser son temps en trouvant le moyen le plus rapide de finaliser son travail.

 

LE PROJET

QA : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre projet ?

Singh : A Scraplab, nous explorons les déchets non toxiques et développons des produits commerciaux destinés à être vendus au public tout en fournissant un revenu supplémentaire aux étudiants, aux patients et aux femmes retraitées de la communauté du bidonville de Din Daeng. Nous avons pendant un semestre les déchets hospitaliers « fabuleux », notamment les poches de dialyse rénale. Environ 1 million de poches sont jetées chaque mois en Thaïlande. Conformément aux directives de sécurité de l'hôpital, les patients à domicile nous vendent leurs poches de dialyse nettoyées avant de les envoyer aux femmes formées de la communauté de Din Daeng. Ces dernières les préparent et les fabriquent selon un modèle spécifique, ce qui leur permet et aux patients un revenu supplémentaire.

QA : Quelles difficultés rencontrez-vous dans l’utilisation de poches de dialyse recyclées ?

Singh: La gestion de la matière nécessite un savoir-faire particulier, car elle est plus dur que le cuir de vache et doit être laminée. Nous essayons également d'élargir notre équipe et de trouver davantage de communautés intéressées.


« Voir les gens utiliser nos objets artisanaux me donne l'énergie nécessaire pour pousser le projet plus loin et d'explorer d'autres matériaux. Je suis reconnaissant aux acheteurs de croire en nous et en notre approche innovante.

 

 

 

QA : Comment concevez-vous chaque produit?

Pop: Je ne suis pas un bon illustrateur, alors je commence toujours la conception avec un prototype, et effectue de la rétro-ingénierie pour déterminer les motifs et la quantité de poches de dialyse nécessaires pour fabriquer l'accessoire.

 

LA COMMUNAUTÉ

QA : Quelles difficultés avez-vous rencontrées en travaillant avec la communauté?

Singh: Il a fallu du temps, quelques mois en fait, pour établir une relation de confiance avec les femmes retraitées et les horaires de travail imprévisibles au sein de la communauté nous ont obligés à faire preuve de souplesse.

En outre, il est très important d'assister aux services traditionnels et culturels tels que les mariages et les funérailles, ce qui entraîne des horaires de travail imprévisibles au sein de la communauté. Nous devons donc faire preuve de souplesse et veiller à ce que le projet se déroule sans problème afin d'assurer un paiement et un retour rapides aux artisans.

Pop : Les artisanes se gèrent eux-mêmes et travaillent à leur propre rythme, nous ne sommes donc pas toujours en mesure de réguler le motif.

UN MESSAGE AUX ACHETEURS

QA : Que ressentez-vous lorsque les gens utilisent vos créations et qu'aimeriez-vous leur dire ?

Singh: Voir les gens utiliser nos produits me donne l'énergie de pousser le projet plus loin et d'explorer d'autres matériaux. Je suis reconnaissant aux acheteurs de croire en nous et en notre approche innovante.

Pop: Je suis fièr d'avoir suffisamment de compétences et de talent pour créer quelque chose que les gens peuvent utiliser et aimer. En tant qu'artisan, je vois chaque détail de chaque pièce et je suis parfois surpris que les gens achètent ce que je considère comme imparfait. Parfois, j’essaie de vendre ma définition d’un produit « parfait » mais je me rends compte que les acheteurs ne sont pas toujours d'accord.

Lisez les histoires des femmes de la communauté de Din Daeng

Lisez leurs entretiens